Chapitre Créations


Vision du monde Regard de l’enfance


Louis Calaferte

C’est la Guerre

Une écriture au vitriol, sans appel, un coup de poing dans le ventre, une vision grotesque et acerbe du quotidien sous l’occupation

Un texte nécessaire, brut, écrit par Louis Calaferte dans les dernières années de sa vie, tel un point final à une œuvre littéraire et poétique riche, superbe, sensuelle et sans concession.



« Ça me fait peur
Depuis que c’est la guerre les choses font un peu peur
J’ai quinze ans
J’ai seize ans
J’apprends l’homme
L’homme est une saloperie »


L’enfant a onze ans lorsque la seconde guerre mondiale éclate, c’est son regard, sa parole que l’on suit, pas à pas, de la mobilisation à la libération, l’exode, la collaboration, la résistance, les petites gens d’une époque barbare, si proche de la nôtre ; on suit l’enfant qui grandit, on suit celui qui apprend « l’Homme ».


Du 14 Décembre 2017 au 10 Février 2018
ESSAION THEATRE PARIS        du jeudi au samedi 19h45



Mort à crédit

Louis-Ferdinand Céline

« Ma mère a tout fait pour que je vive. C’est naître qu’il aurait pas fallu. »

Ferdinand raconte son enfance dans le Paris d’avant 1914. Une suite de souvenirs hallucinés et de visions catastrophiques jusqu’à son certificat.
Quelques extraits du deuxième grand roman de Céline paru en 1936. Ferdinand raconte son enfance dans le Paris d’avant 1914. Une suite de souvenirs hallucinés et de visions catastrophiques entre ses parents, les sorties du dimanche, les vacances, jusqu’à son certificat d’étude.




« Dans la journée c’était pas drôle. C’était rare que je pleure pas une bonne partie de l’après-midi. Je prenais plus de gifles que de sourires, au magasin. Je demandais pardon à propos de n’importe quoi, j’ai demandé pardon pour tout. »

Novembre 2017| PARIS 2017   DATES À SUIVRE


Vision de l’humain Regard sur le monde


Le comte de Monte-Cristo

Alexandre Dumas

«C’est un tour de magie, de passe-passe comme il en existe encore trop peu sur les scènes théâtrales. L’espace vide de Peter Brook trouve ici sa mélodie dans le jeu. Nul décor. Sur scène, trois comédiens. Faire beaucoup avec peu, le pari est largement tenu. » La Revue du Spectacle

« Il m’arrive ce qui arrive à ceux qui se sont blessés en rêve, ils regardent et sentent leur blessure, et ne se souviennent pas de l’avoir reçue.
Repasse par les chemins où la fatalité t’a poussé.
Riche, retrouve le pauvre.
Libre, retrouve le prisonnier.
Ressuscité, retrouve le cadavre. »

A L'ESSAION  samedis et dimanches 17h30  | supplémentaires pdt les vacances
jusqu'au 11 Février 2018  |  tournée